fbpx

CHÂTEAU GRAND MOULIN

CHÂTEAU
GRAND
MOULIN

GRANDS VINS DES CORBIÈRES

130 hectares de vignes situées autour de Lézignan-Corbières, à 30 km à l’ouest de la Méditerranée, sur l’aire d’Appellation d’Origine Protégée Corbières.

250 parcelles implantées sur un rayon de 10 km

7 terroirs ou unités agronomiques distinctes.

5 cépages rouges : syrah, grenache noir, carignan, mourvèdre, cinsault.

6 cépages blancs : vermentino, grenache blanc, roussanne, muscat petits grains, muscat d’Alexandrie, bourboulenc.

Le massif des Corbières est un contrefort des Pyrénées, situé entre Carcassonne et la Méditerranée. L’Appellation d’Origine Protégée éponyme s’étend sur une soixantaine de kilomètres carrés et repose sur un véritable puzzle géologique, façonné par l’érosion pyrénéenne.

Aucune autre appellation en France ne comporte une aussi grande variété de sols ; ce qui associé aux diverses nuances climatiques, conduit à une extraordinaire palette de vins blancs, rouges et rosés.

Le vignoble du Château Grand Moulin évolue sous un climat méditerranéen chaud et sec. L’éloignement de la mer engendre une sécheresse estivale moins marquée et limite le stress hydrique perturbateur d’une bonne maturité.

Le vignoble est situé dans la dépression du Lézignanais – un couloir extrêmement venté, coincé entre la Montagne Noire au nord et le massif des Corbières au sud. Ici, le vent souffle plus de 300 jours par an. La dominante du vent d’ouest (ici appelé Cers) assèche les rosées matinales et favorise un microclimat sain au niveau des raisins. Il permet ainsi de grandement limiter les traitements phytosanitaires ; la conduite raisonnée prend ici tout son sens.

On retrouve un modelé collinaire au nord, à cheval sur Conilhac et Lézignan, et au sud en limite de Luc et Boutenac. Au centre, s’étend un modelé tabulaire bien spécifique au Lézignanais : les terrasses plates et graveleuses de l’Orbieu.

Nous sommes dans le cortège méditerranéen de la vigne, du chêne vert, du pin d’Alep et de l’olivier. Dans les situations les plus chaudes (exposition sud ou sud-est et en sols minces), on retrouve le chêne Kermès, le pistachier, le thym, le romarin, la lavande, le genêt scorpion. Dans les situations moins chaudes (exposition nord ou nord-ouest et avec des sols plus profonds), on retrouve le chêne pubescent, le genévrier commun, le genêt d’Espagne, la coronille.

A l’image de toutes les Corbières, le Château Grand Moulin est implanté sur un véritable puzzle de sols d’origine et de caractéristiques diverses. Sur l’ensemble du vignoble du Château Grand Moulin, ont été identifiés sept terroirs ou unités agronomiques. Ces terroirs présentent pour chacun d’eux des caractéristiques pédologiques, géologiques et topographiques qui vont conférer qualité et typicité à leurs vins.

Les Terres Rouges

Située au nord-ouest, exposée plein sud et plein vent, la colline des terres rouges est un terroir rare et bien individualisé. Sa matrice argilo-sableuse, riche en oxyde de fer, donne la couleur rouge à  la couche arable du sol. La forte pierrosité des sols présente un triple avantage : diminution de la fertilité, meilleure infiltration d’eau et diminution de l’évapotranspiration.
En milieu et bas de versant, c’est ici le domaine de la Syrah, qui s’exprime à merveille.

Molasse de la fin de l’ère tertiaire, alternance de lentilles de marnes pures, de conglomérats gréseux, et parfois de bancs calcaires – Exposition sud.

Les Terres Rouges

Située au nord-ouest, exposée plein sud et plein vent, la colline des terres rouges est un terroir rare et bien individualisé. Sa matrice argilo-sableuse, riche en oxyde de fer, donne la couleur rouge à  la couche arable du sol. La forte pierrosité des sols présente un triple avantage : diminution de la fertilité, meilleure infiltration d’eau et diminution de l’évapotranspiration.
En milieu et bas de versant, c’est ici le domaine de la Syrah, qui s’exprime à merveille.

Les Grès de Boutenac

Situés au sud, sur des sols minces à forte pierrosité calcaire, les grès de Boutenac constituent un terroir à fort potentiel qualitatif, classé en appellation Cru Boutenac.
Le modelé est collinaire et comme ce terroir est en majorité situé en haut de versant, le Carignan y est à son maximum d’expression. En situation de mi- versant, c’est le mourvèdre qui trouve sa place.

Calcaire à Rudiste de l’ère secondaire – Exposition nord-ouest

Les Grès de Boutenac

Situés au sud, sur des sols minces à forte pierrosité calcaire, les grès de Boutenac constituent un terroir à fort potentiel qualitatif, classé en appellation Cru Boutenac.
Le modelé est collinaire et comme ce terroir est en majorité situé en haut de versant, le Carignan y est à son maximum d’expression.
En situation de mi- versant, c’est le mourvèdre qui trouve sa place.

Le Piémont de la Pège et du PechTénarel

Aussi classé en Cru Boutenac, ce terroir est situé à mi- pente, avec des sols moyennement profonds issus d’un mélange de sables éoliens et de limons jaunes perméables et permettant un bon ressuyage.
La moyenne fertilité de ce milieu permet l’implantation de plusieurs cépages : Carignan, Grenache et Syrah, dont la conduite agronomique différenciée est déterminante.

Sables éoliens et limons jaunes de l’ère tertiaire – Exposition nord

Le Piémont de la Pège et du PechTénarel

Aussi classé en Cru Boutenac, ce terroir est situé à mi- pente, avec des sols moyennement profonds issus d’un mélange de sables éoliens et de limons jaunes perméables et permettant un bon ressuyage.
La moyenne fertilité de ce milieu permet l’implantation de plusieurs cépages : Carignan, Grenache et Syrah, dont la conduite agronomique différenciée est déterminante.

Le Côteau de St-Anne

Ce terroir, situé au nord du domaine, s’étend sur un modelé collinaire avec des pentes et des expositions très différentes.
En haut de versant, on retrouve des sols minces composés de conglomérat ou de grès qui vont en s’approfondissant vers le bas des versants en bénéficiant des éléments descendus par gravité : eau, limons, argiles, sables et graviers.
Dans ce terroir, c’est la profondeur du sol et l’exposition qui vont déterminer le choix du cépage.

Molasse de Carcassonne de l’Eocène (fin de l’Ere tertiaire) issue de l’érosion pyrénéenne, avec alternance de lentilles de conglomérat, grès, et marnes – Exposition sud.

Le Côteau de St-Anne

Ce terroir, situé au nord du domaine, s’étend sur un modelé collinaire avec des pentes et des expositions très différentes.
En haut de versant, on retrouve des sols minces composés de conglomérat ou de grès qui vont en s’approfondissant vers le bas des versants en bénéficiant des éléments descendus par gravité : eau, limons, argiles, sables et graviers.
Dans ce terroir, c’est la profondeur du sol et l’exposition qui vont déterminer le choix du cépage.

La Haute Terrasse de l’Orbieu

Étagées au-dessus du cours actuel de la rivière, les terrasses horizontales et graveleuses de l’Orbieu sont des dépôts de matériaux laissés par les crues pendant les fontes des glaces lors des grandes glaciations.
A 35 mètres au-dessus du niveau de l’Orbieu, la haute terrasse est essentiellement constituée de galets et présente, à 70 centimètres de profondeur, un horizon de concrétion très compact s’opposant à toute pénétration (eau, racines ou charrue). Ces sols souffrent de sécheresse estivale et c’est avec beaucoup de discernement qu’il faut choisir cépages et porte-greffes.

Alluvions de l’Ere quaternaire.

La haute terrasse de l’Orbieu

Étagées au-dessus du cours actuel de la rivière, les terrasses horizontales et graveleuses de l’Orbieu sont des dépôts de matériaux laissés par les crues pendant les fontes des glaces lors des grandes glaciations.
A 35 mètres au-dessus du niveau de l’Orbieu, la haute terrasse est essentiellement constituée de galets et présente, à 70 centimètres de profondeur, un horizon de concrétion très compact s’opposant à toute pénétration (eau, racines ou charrue). Ces sols souffrent de sécheresse estivale et c’est avec beaucoup de discernement qu’il faut choisir cépages et porte-greffes.

La Moyenne Terrasse de l’Orbieu

A 20 mètres au-dessus du niveau de l’Orbieu, la moyenne terrasse possède une pierrosité moindre et surtout plus irrégulière : les nappes de galets peuvent laisser place à des argiles ou des limons.
L’autre différence est sur le plan hydrique : pas d’horizon de concrétion. Mais c’est surtout les apports d’eau de la terrasse située au-dessus qui vont permettre une autre façon culturale.

Alluvions de l’Ere quaternaire.

La moyenne terrasse de l’Orbieu

A 20 mètres au-dessus du niveau de l’Orbieu, la moyenne terrasse possède une pierrosité moindre et surtout plus irrégulière : les nappes de galets peuvent laisser place à des argiles ou des limons.
L’autre différence est sur le plan hydrique : pas d’horizon de concrétion. Mais ce sont surtout les apports d’eau de la terrasse située au-dessus qui vont permettre une autre façon culturale.

Le Piémont de Montplaisir

Situé sur la partie la plus septentrionale du domaine, ce terroir de mi- versant et de bas de versant est essentiellement constitué de colluvions issues du terroir du Côteau de St-Anne situé topographiquement juste au-dessus.
Toutes les textures peuvent donc s’y trouver, mais un point commun domine : c’est la profondeur. En effet, aucun horizon dur ne se trouve en profondeur et la vigne peut plonger ses racines tout à sa guise.

Colluvions – Exposition nord, nord-est.

Le Piémont de Montplaisir

Situé sur la partie la plus septentrionale du domaine, ce terroir de mi- versant et de bas de versant est essentiellement constitué de colluvions issues du terroir du Côteau de St-Anne situé topographiquement juste au-dessus.
Toutes les textures peuvent donc s’y trouver, mais un point commun domine : c’est la profondeur. En effet, aucun horizon dur ne se trouve en profondeur et la vigne peut plonger ses racines tout à sa guise.

Jean-Noël et Frédéric Bousquet sont fiers de vous faire partager leurs savoir-faire, leurs valeurs et leur crédo de vigneron.

Jean-Noël Bousquet achète son premier hectare à 17 ans. Cinq ans plus tard, en 1978, il s’installe comme jeune agriculteur pour cultiver en fermage 8 hectares. Il porte alors son raisin à la coopérative.

Au Château Grand Moulin, rencontrez une équipe de collaborateurs passionnés et engagés autour des deux vignerons, Bousquet père & fils. Ensemble et au quotidien, ils « cultivent » la qualité Château Grand Moulin.

Jean-Noël et Frédéric Bousquet sont fiers de vous faire partager leurs savoir-faire, leurs valeurs et leur crédo de vigneron.

Jean-Noël Bousquet achète son premier hectare à 17 ans. Cinq ans plus tard, en 1978, il s’installe comme jeune agriculteur pour cultiver en fermage 8 hectares. Il porte alors son raisin à la coopérative.

Au Château Grand Moulin, rencontrez une équipe de collaborateurs passionnés et engagés autour des deux vignerons, Bousquet père & fils. Ensemble et au quotidien, ils « cultivent » la qualité Château Grand Moulin.